Tag Archives: travail collaboratif

Home / Posts tagged "travail collaboratif"

Bibliothèques : quand les SIGB passent à la mutualisation

Confrontées à de sérieuses restrictions budgétaires, les bibliothèques optent progressivement pour des SIGB mutualisés. Mais elles le font également pour moderniser leurs infrastructures et accroître leur efficacité documentaire.

Cela fait plusieurs années que les bibliothécaires réfléchissent à l’avenir de leurs systèmes d’information. Aussi bien dans les bibliothèques universitaires que dans les établissements ouverts au grand public.

Du côté universitaire, cette réflexion est notamment portée par l’Abes (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur) qui plaide depuis 2011 pour une révision de la situation actuelle. Son constat : la multiplicité des SIGB (systèmes intégrés de gestion de bibliothèques) actuellement déployés dans les établissements engendre des coûts importants tant en terme d’acquisition de logiciels que de maintenance. Et à l’heure où les bibliothèques sont affectées par de sérieuses compressions budgétaires, tout ce qui est de nature à alléger la facture est le bienvenu. Mais cette volonté de changement n’est pas motivée par des seules préoccupations budgétaires. Des raisons liées à la modernisation des bibliothèques et à l’efficacité documentaire ont également été prises en considération. La mutualisation des SIGB est alors apparue comme une piste de réflexion. L’Abes l’a d’ailleurs déjà adoptée dans son vocabulaire puisque l’agence a lancé en 2012 son projet baptisé SGBM : système de gestion de bibliothèque mutualisé.

En portant ce projet SGBM, l’Abes vise trois objectifs :

  • fournir un système de gestion locale mutualisé aux bibliothèques des établissements membres du réseau Sudoc ;
  • fournir, le cas échéant, un outil de découverte local associé au système de gestion ;
  • garantir l’articulation entre le SGBM et les systèmes nationaux de signalement administrés par l’Abes pour les bibliothèques.
Acquisitions, migration, workflow

Neuf établissements universitaires et huit commissions se sont attelés au chantier. Les membres ont planché simultanément sur les acquisitions, la migration, le workflow, le coût… Sans oublier l’aspect juridique du projet. « Afin de faire émerger des offres qui conviennent à tous au regard des besoins exprimés, c’est la formule complexe du dialogue compétitif qui a été choisie », souligne-t-on à l’Abes. Ce dialogue compétitif durera une année et permettra aux fournisseurs d’être auditionnés par chacune des commissions.

Ce sont ces mêmes commissions qui vont concevoir 70 cas pratiques destinés à préfigurer les usages des SGBM « dans une situation réelle ». Les prestataires retenus pourront alors répondre point par point aux questions des commissions et aux besoins exprimés par le réseau de bibliothèques universitaires.

En cette fin d’année 2015, plusieurs étapes ont déjà été franchies. L’Abes a entamé une série d’auditions de candidats et va procéder à une phase de tests. Celle-ci s’achèvera le 20 juin 2016. Date à partir de laquelle sera prise la décision d’attribution de l’accord-cadre. Quant à la phase de réinformatisation des sites pilotes, elle interviendra au cours du premier semestre.

Portail Wikipedia des Sciences de l’information et des bibliothèques

URL : http://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Sciences_de_l%27information_et_des_biblioth%C3%A8ques

Le portail wikipedia des Sciences de l’information et des bibliothèques est conçu pour répondre aux besoins des professionnels dans le domaine de la documentation, des bibliothèques et des archives.

Il permet d’exploiter en ligne les ressources informationnelles relatives à un certain nombre d’aspects relatifs à la gestion et à l’organisation des unités documentaires, à savoir les services d’archives, de documentation et des bibliothèques.

Pour une meilleure prise en charge sur le plan gestion et organisation de ces services, il est indispensable d’avoir recours d’une manière constante et régulière à un savoir-faire et une expertise.

Les manageurs des bibliothèques et services d’archives à titre d’exemple, même s’ils ont subis une formation diplômant, sont toujours appelés à utiliser les ressources proposées et retenues que propose le portail Wikipedia des Sciences de l’information et des bibliothèques dans la mesure où il est conçu et animé par des collaborateurs ayant justifiés leurs compétences par des travaux universitaires ou des expériences professionnelles durant un certain nombre d’années dans le domaine de l’infodoc.

Revues francophones

Dans ce billet, vous pourrez retrouver plusieurs périodiques francophones (Québec, Suisse, Belgique) traitant des problématiques modernes en Infodoc. Il est intéressant de voir ce qui se fait et se dit ailleurs de nos frontières françaises et avant même d’aller vers les sources anglaises, n’oublions pas les richesses de la francophonie !

  • Argus est la revue québécoise des professionnels de l’information. Elle se pose comme un espace d’échanges et de questionnements.

La revue s’intéresse aux modèles possibles de la bibliothèque et aux mutations de la société de l’information vers une société de connexions et de relations, à la cohabitation de la culture de l’imprimé et de la culture numérique et à l’impact des différents domaines de la connaissance sur l’univers documentaire.

La lecture de cette revue offrira au lecteur des clefs théoriques sur les transformations de la société liées aux technologies de l’information et de la communication. Elle aidera par ailleurs les professionnels de l’infodoc, des bibliothèques et du web à se positionner habillement dans cet environnement en perpétuel renouvellement.

  • RESSI, revue Électronique Suisse de Sciences de l’Information, est un périodique scientifique en libre accès et gratuit, publié deux fois par an. Ressi a pour but principal le développement scientifique de la science de l’information en Suisse. Pour ce faire, elle compte, d’une part, favoriser la rédaction d’écrits théoriques et pratiques en provenance du territoire helvétique et, d’autre part, mettre à la portée des bibliothécaires, documentalistes et archivistes suisses des articles issus de la communauté internationale en science de l’information. En privilégiant la publication d’articles d’auteurs majoritairement romands, la revue espère encourager la parution de travaux de recherche dans cette discipline dans notre région. Cependant, elle accepte aussi des textes en allemand, italien ou anglais. Le choix de l’électronique comme unique support reflète de plus la volonté de ses créateurs de lui donner une portée plus large. Le public visé par Ressi est la communauté suisse et internationale concernée par la science de l’information, notamment les chercheurs, les enseignants, les professionnels et les étudiants.

L’observatoire de l’infodoc, également d’affiliation universitaire car créé par les étudiants du master GIDE de Lille 3, ne peut qu’adhérer et encourager la lecture de ces écrits qui offrent une vue réfléchie sur des thématiques à la pointe des innovations.

  • Les Cahiers de la documentation de l’ ABD-BVD (Association Belge de Documentation) offrent un espace de rencontre et de réflexion pour tous ceux qui exercent dans les métiers de l’information ou s’intéressent aux méthodes et technologies de gestion de l’information.

Archimag

Archimag est le magazine mensuel publié par le groupe SERDA, c’est une référence depuis presque 30 ans dans le domaine des technologies de l’information. En effet, tous les mois, Archimag propose en plus de l’actualité du secteur, des retours d’expérience, des méthodologies, des comparatifs de solutions, des enquêtes, des témoignages ainsi que des reportages.

Que ce soit sur les domaines de la veille, du travail collaboratif, des archives, de la gestion des connaissances, de la bibliothéconomie… , c’est-à-dire à l’infodoc au sens large, Archimag fait partie des immanquables à suivre.